J’ai classé quelques photos dernièrement et je suis tombée sur une enveloppe pas trop épaisse, heureusement que je me suis dit après coup, qui contenait des photos des gaffes de mes mousaillons. Je l’ouvre donc avec sourire, me remémorant ces « beaux » moments de ramassage intense, de solide nettoyage et disons-le de frustration passagère.

Ma fille, Gabrielle, est déjà petits pots de crème, aussitôt qu’elle met la main sur quelque chose qui ressemble à ça, elle ne peut s’empêcher de se tartiner tout le corps. Cependant, on s’entends-tu que ce n’est pas toujours de la crème hydratante !

Je me souviens clairement d’un lavage de plancher intensif après sa découverte de la pâte d’ihle ! Aucun doute que c’est de la crème, mais léger détail, c’est une pâte à appliquer sur les fesses de bébé lorsque celui-ci est irrité… En plus, cette substance est assez épaisse, juste pour vous dire, on a de la misère à l’enlever lors d’un changement de couches, c’est tout dire !!

Plusieurs heures de plaisir pour elle, mais pour moi ce fût plutôt plusieurs minutes de frottage pour que mon plancher retrouve son état d’origine. Elle s’était enduit de crème jusqu’aux épaules et en avait étendu partout dans le salon, question que lui aussi en profite pour se refaire une beauté.

Je ne peux passer sous silence la fois ou elle a fait la passe au déodorant de son papa. Croyant, je présume, que c’était une belle crème en tube, elle s’était enduit la bédaine, les bras et le visage de déo… Pas besoin de vous dire qu’elle sentait l’homme à dix mille à la ronde. J’ai beau aimer cette odeur, après quelques heures d’inhalation de d’sous de bras, ça donne mal au coeur et à la tête. Ça bien du prendre 2 bains savonneux, accompagné de frottage intense sur les bras et le bedon, pour que l’odeur disparaisse.

Je me souviens aussi d’une fois, lorsqu’elle était plus habile avec le déplacement à quatre pattes, elle avait vidé mes armoires de salle de bain. Ce n’était pas si grave en soit, ça ne faisait qu’occuper ma journée qu’elle devait se dire. Cependant, elle ne pouvait pas se contenter seulement de ça, fallait aussi qu’elle ouvre la moitié de mes enveloppes de compresses stériles, de bâtonnets désinfectants, de pansements et j’en passe. Y’en avait partout, même à des endroits où on se demande comment les trucs ont fait pour se ramasser là ! (derrière de bol grand comme ma main, dessous le petit tapis de dessus de bol…)

Bref, après cet épisode on a décidé de mettre des crochets sur les portes d’armoires et d’élever tous produits susceptibles d’être dangereux, on ne sait jamais elle aurait pu trouver le moyen d’ouvrir les dites portes !

Quand on dit que les enfants occupent nos journées, c’est pas pour rien ! Ils nous fachent, nous exaspèrent, nous découragent, mais nous font plus souvent qu’autrement rire aux éclats, sans oublier qu’ils nous font battre le coeur comme personne.

Je vous aime mes cocos

Publicités