Le ciel est triste ce matin, mes yeux aussi. Le soleil me manque, j’en ai désormais besoin. J’ai besoin de sa chaleur, j’ai besoin de ses rayons sur le visage de mes enfants, j’en ai besoin pour ma tête qui semble toujours dans un gros nuage sans lui. Tout à l’heure, avec les enfants, je ferai peut-être la danse du soleil, qui sait s’il ne décidera pas de se pointer les rayons.

Samedi dernier, on a fêté Alexandre, 2 ans le coco, ça été bien amusant pour eux, on a fait le gâteau ensemble. En fait, j’ai fait le gâteau et ils ont décoré leur petite part. J’avais rempli 2 minis assiettes d’aluminium avec le mélange qui me restait. J’ai oublié de prendre une photo, mais bon, ils étaient bien contents de pouvoir faire comme maman. Et moi j’étais heureuse de leur faire plaisir :)

Ils sont si mignons, assis sur un tabouret, le visage à peine plus haut que le comptoir, à me regarder préparer les repas. Ils y participent parfois, ils sont devenus experts goûteurs !!

Même si je n’ai pas trouvé bien difficile l’arrivée de Victoria, je dois dire que ça beaucoup changé côté tranquilité. Je ne passe pas une journée sans qu’il y en ait un qui pleure, crie, chiâle, hurle, jacasse. Le soir, on dirait que quelque chose me manque, je laisse le téléviseur ouvert ou bien la radio (à un poste autre que mentionné dans un précédent billet). Pourtant, je devrais en profiter pour m’inonder de silence.

Je viens de coucher Victoria pour sa sieste, on dirait qu’elle ne peut dormir sans hurler un bon coup, j’aurais, parfois, bien envie de lui en donner des raisons de pleurer moi. Bien sur que je ne le ferai jamais, mais bon dieu que j’ai hâte que ça passe!

Quelques 5 minutes plus tard elle s’est tu, enfin. C’est fou ce que c’est long cinq minutes quand on attends que quelque chose se passe, on a le temps de faire bien des trucs pendant ce tas de secondes-là. J’arrive à prendre ma douche ou à habiller 2 enfants. J’arrive à faire du café ou encore, passer le balai, faire une brassée de lavage, préparer des sandwichs… Je devrais peut-être m’occuper à une de ces tâches pendant qu’elle hurle, ça me paraîtrait moins long.

Suffit les ondes négatives pour aujourd’hui, mon café est coulé, juste l’odeur me remet un sourire dans le visage et me redonne quelques « coches » de patience.

Publicités