Je me sens un tantinet pointée par ce billet, non pas qu’il me fâche, mais j’avoue qu’il me titille le bouton chiâlage.

Quand l’insoumission parsème tout votre être ne laissant aucun recoin libre, vous ne pouvez que militer contre tout ce qui n’est pas vous. Pour ce faire, il vous faut quérir les outils nécessaires à votre périple.

Oui, j’ai la chance d’être femme d’informaticien, oui j’ai la chance de n’avoir que des amis qui s’y connaissent, mais je suis aussi très indépendante et tête chercheuse d’information. Je suis une novice en matière d’exploitation « Linuxienne », mais déjà je vois une énorme différence si je me compare à l’année dernière. Pourquoi ? Parce que j’ai du me soumettre, oui c’est paradoxal, à ce système. L’autre (windows) ne me convenant plus du tout, mais surtout parce qu’il laissait dans mon esprit une traînée de poudre douteuse, j’ai du me résoudre et m’adapter au manchot.

Je doutais et doute encore de l’efficacité de windows et de tout ses machins-trucs-gogosses pour contrer les virus et autres attaques virtuelles. Plus ça évolue, plus les logiciels s’empilent sur le bureau parce que rien ne vient à bout des hackers. Pourtant, c’est supposé être le meilleur système d’exploitation qui soit.

Sous linux, on a pas ce problème, l’installation peut être longue au début, car oui il faut parfois chercher pour les bons drivers, mais une fois que tout fonctionne, on a pas de « bugs » inexpliqués qui surgissent d’on ne sait où, on n’a pas de virus, d’infection, de chose incompréhensible qui se passe sous notre nez sans qu’on sache trop ce que c’est. Lorsqu’on se donne la peine, malgré le temps que ça peut prendre, on en ressort gagnant, parce qu’ainsi on apprend à connaître notre machine et on s’en souvient la fois suivante.

Je trouve dommage, car de plus en plus les gens veulent tout, tout de suite et pour rien, alors ils se contentent de la junk que microsoft offrent. Plus facile, plus rapide = plus de problèmes en bout de ligne parce qu’on se rend compte que notre cd de recouvrement est mal foutu, parce qu’on se rend compte que finalement ce qui ne fonctionnait pas en linux ne fonctionnait qu’à moitié en windows. Qu’est-ce qu’on fait alors ?

On va chez le gentil marchand, on paie et il nous répare notre ordinateur. Ou bien on s’achète un manuel, on le lit et on cherche sur le web des forums sur le sujet avec des gens qui nous répondront rapidement. Pourquoi ne pas le faire en linux alors ?

Les gens ont la fâcheuse habitude de penser que parce que quelqu’un connaît ça, alors il doit obligatoirement les aider. Quand je peux le faire, ça me fait plaisir et j’aide, peu importe le domaine, mais quand je ne peux pas, faute de temps ou de compétence, he bien je ne fais pas de miracle. Rapidement on se rend compte que de plus en plus de monde appelent pour de l’aide gratuite, puis ça tourne en 20-30-40 heures qui s’ajoute aux 80 heures de travail déjà existantes, qui elles sont payées.

Alors aider, oui, se faire exploiter, non ! On ne se donne plus suffisamment la peine de lire et de s’informer, on veut que tout nous tombe dans la bouche, cuit et pré-machouillé, ainsi, c’est plus facile d’avaler et de digérer. Malheureusement, ou heureusement, selon le coté de la médaille où l’on se trouve, on ne fait plus dans les missions Thérésiennes, parce qu’on ne s’y connaît pas (pour ma part) et parce que l’Homme travaille suffisamment fort pour notre beurre, qu’il n’a plus le temps de se consacrer à d’autres.

Cependant, il lui fait plaisir de référer les bonnes personnes aptes au don de soi ou à l’aide rémunérée.

Publicités