Quand on se sent en forme le matin, on décide promptement, courageusement et surtout sans réfléchir, d’amener la marmaille au parc. En général, rien de grave n’arrive, tout roule comme sur des roulettes de poussette et on y passe une bonne heure à regarder nos bambins monter et descendre du module tout en signifiant au bébé de ne pas se délecter dans les semblant de copeaux de bois détrempés et imbibés d’on-ne-veut-pas-savoir-quoi.

Par contre, il arrive qu’on ait surestimé notre patience et notre capacité énergétique de la journée. Ces jours-là, inévitablement un des gamins décide que ça ne lui plaît plus de glisser à répétition (aller savoir pourquoi, c’est le fun toujours faire la même chose il me semble !), on propose donc d’aller marcher le long du lac, là c’est le deuxième qui réchigne et piaffe dans le haut de la glissoire pour ne pas partir.

On fini donc par remettre bébé dans la poussette, qui lui ne dit pas un mot pour une fois, dire au revoir à qui veut bien l’entendre et marcher lentement vers la voiture. Il s’ensuit alors un déboulement rapide d’hurlements aigus, de glissade rapide et de « mamannnnnnn !!! Ne m’abandonne paaaaassss !!!  »

On ne fait mine de rien, car il est certain que toutes les têtes bien coiffées, bien maquillées et tout sourire, vont nous regarder d’un air dédaigneux, car contrairement à elles, on a les cheveux en bataille, le maquillage dans le 7e tiroir du bas et le sourire si serein deux heures plus tôt rendu au troisième sous-sol de l’exaspération. Bref, on fait dure au cube et nos Cornus sont mal élevés !

L’avant-midi qui s’annonçait agréable se transforme trop rapidement en cauchemar digne des Stephen King de ce monde. L’envie soudaine de retourner au lit et de se rouler en boule jusqu’à 17 heures, moment où l’Homme rentrera du bureau, traverse notre esprit vide de toutes idées lumineuses.

L’Amour inconditionnel qui dise, on comprends pourquoi maintenant !

Publicités