La dernière fois que ma belle-mère est venue s’incruster chez nous, on a eu droit à un petit débat écologique, en fait j’ai plutôt initié la discussion étant de plus en plus écolo, j’endure de moins en moins l’égoïsme planétaire.

Je me rappele vaguement que chummy chiâlait sur le fait que les horaires d’autobus « voyageur » devenaient de moins en moins pratique, puisque les heures ne concordaient jamais et les trajets ne se faisaient pas tous les jours. Bref, en bon fils de sa mère il regardait son petit nombril et ne comprenait pas pourquoi le Québec entier ne tournait pas autour. La b-m de me dire qu’elle comprenait ce que son fils voulait dire, évidemment, moi de rétorquer qu’effectivement l’autobus était plus écologique, mais que si elle était vide ça ne changeait pas grand chose.

Bref, si les trajets ont changés je me dis que surement la demande n’y était plus, eux de regarder encore leur nombril et de renchérir avec la méchante pollution des voitures. Moi de rajouter que le coivoiturage était tout aussi écologique.

La discussion dévie donc sur l’écologie et les gaz à effets de serre, la pollution. Elle de dire que « Oh my god » les voitures ça pollue tellement, bla bla bla, moi de lui répondre qu’il ne faut pas s’attendre à ce que les gens réagissent trop trop quand la moitié, que dis-je le tiers, ne récupère même pas leurs ordures ménagères ! (grosse flèche clignotante au-dessus de sa tête signifiant que je la vise directement avec ce commentaire)

Bouchée, elle ne sait plus que dire, moi de continuer en disant que ce n’était pas plus long de rinçer un petit contenant de plastique et de le mettre au bac, que de le jeter. Elle de me répondre aussi stupidement que possible : « ben j’en ai pas de bac chez moi, faut que je descende pour le mettre dans le gros « conteneur »…  » (ti-bonhomme la yeule à terre par tant de crétineries !!!)

J’ai clos le sujet en répondant que l’égoïsme et l’individualisme finiraient pas tous nous tuer, car si personne ne fait l’effort de descendre le ti ti escalier pour de la récupération, qui va le faire ?

Imaginez-la essayer de se dépêtrer, car aussitôt qu’elle rencontre quelqu’un capable de lui tenir tête et de lui remettre ses niaiseries sur le nez, cette femme en perds son sens de la répartie, chose qui n’arrive jamais lorsqu’elle est en position dominante. (dois-je spécifier qu’elle se tient avec des femmes qui, selon elle, n’ont pas trop trop de culture, pourtant je me suis mieux entendu avec une de ses amies qu’avec elle…. ?!?!!?)

J’avoue, un peu honteusement, que j’adore la voir patiner pour se sortir du trou qu’elle vient elle-même de creuser… ahhaahhhahah

Michante belle-fille !!

Publicités