La semaine dernière à pareil heure, j’entrais dans montréal, le coeur battant, les yeux encore un brin collés malgré 2 gros cafés. J’était tiraillé entre l’excitation, l’ennui et l’angoisse.

Je ne me pouvais plus de participer à cet atelier, c’était pour moi un tournant énorme dans la carrière que je voyais se dessiner à l’horizon. Je l’ai pris le tournant, lentement, mais sûrement. Dans quelques temps j’arriverai à bon port, satisfaite, heureuse, mais surtout rempli de fierté d’avoir réussi à m’accomplir.

Je m’ennuyais aussi. Mes Cornus dormaient lorsque j’avais quitté la maison, le bisou du « Bonne Nuit » était, il me semble, trop loin déjà. Je ne les reverrais que dimanche soir, j’essayais donc de me conditionner à en profiter.

L’angoisse dans le tapis m’a gelé pendant toute la moitié de la première journée. En fait, j’ai observer les autres participants et j’ai finalement décidé qu’il était temps que je prenne ma place, que je m’exprime et que j’aie du plaisir. Dans le fond, cet atelier était conçu pour moi, nous, je devais donc en profiter pour acquérir un max de connaissances.

Ma soirée toute seule fut tout de même le fun, j’étais tellement épuisée que je n’ai rien fait. Je suis allée me chercher à manger et avec le recul je me rends compte que je courais presque pour retourner à ma chambre. Je n’avais qu’une envie : être toute seule!!!

J’ai mis mon pyjama il devait être 19 heures, j’ai regardé la télé en mangeant du chocolat et j’ai fini par aller me coucher cognant des clous sur mon film plate.

Le lendemain ça été vraiment trippant! Les gens étaient plus à l’aise alors on a pu jaser en masse, j’ai énormément appris sur l’animation, mais sur moi-même également. J’espère pouvoir revivre quelque chose du genre un jour, ça valait vraiment la peine. Honnêtement je le conseille à tous et ce malgré que vous ne vous destinez pas au domaine de la communication. Ça vous travaille un intérieur, c’est génial!

À mon retour, les enfants étaient contents, ça fait du bien, je m’étais beaucoup ennuyé. Le bébé brassait la barrière d’escalier, elle a même fait une mini crisette quand mon chum l’a enlevé pour m’ouvrir. J’eus à peine le temps d’enlever mon manteau que déjà je l’avais dans les bras, elle se collait sur mon épaule en se suçant le pouce… trop mignon!

Ma grande fille, elle, mon indépendante qui croit qu’on ne le sait pas qu’elle s’est ennuyé, m’attendait dans le salon. Elle faisait sa froisée, je la trouve tellement mignonne. Je suis allée la chercher dans son petit coeur et je lui ai signifié grandement mon ennui d’elle. Du coup elle a retrouvé son sourire.

Mon ti-pou ben lui, il était tout simplement content, comme chaque fois que je reviens d’une commission. Il exprime très bien ses émotions je trouve, il me ressemble en fait, mais bref, je les ai cajolé en masse avant de les border.

Depuis que j’ai commencé ce cours, j’ai vu les changements qui se sont opérés. J’ignore si c’est le fait que je ne me sens plus seulement une maman, mais une étudiante, une femme, mais bon j’ai retrouvé un peu de mon esprit critique. J’enligne plus que deux idées et j’arrive à argumenter. Que des bonnes choses à dire à propos de ce cours.

Par contre, maintenant je dois pédaler un brin pour terminer mes travaux.

Publicités