Depuis hier soir que la neige tombait, en à peine 2 heures j’avais un bon 4-5 cm d’accumulé sur ma voiture, j’étais bien contente d’être une des seules sur la route, les rues n’étaient pas très bien déneigées encore.

Ce matin, au réveil, je regarde par la fenêtre, y’avait environ le triple de neige sur le toit des remises et des voitures que la veille… oh non, faut que j’aille à l’épicerie moi aujourd’hui, car comme d’habitude la tempête tombait dans notre semaine grosse course au marché, donc beaucoup de sacs, mais surtout plus grand chose dans les armoires.

Je vois que toutes les rues semblent bien déblayées, alors je me dis que le plus difficile sera de me rendre à mon coin de rue et que de là tout ira bien. Évidemment que je suis restée coincée en voulant me rendre, par chance que mon proprio était encore dehors à souffler la cour, il est donc venu me faire un semblant de passage.

Je ne suis pas vraiment le genre à braver la tempête en me disant que y’a rien là, alors que je sorte ce matin m’étonnait, mais je voulais vraiment en finir avec les commissions.

Au retour, toujours pas de rue dégagée, je reprends donc le chemin initial. J’appuie sur l’accélérateur, je me dis : « vas-y, ait pas peur d’en mettre c’t’une grosse canisse!! » J’arrive enfin dans mon trou de stationnement et je me rends compte que j’ai oublié l’essentiel… j’ai pas de lait… oh non!!!!

Finalement il restait 2 sachets dans le frigo, ouf, on est sauf pour une autre balade dans le banc de neige :)

Publicités