Enfin!!!

C’est fait, hé oui, ma session d’hiver est officiellement terminée, ne me reste plus qu’à attendre mes deux derniers résultats finaux, qui je l’espère sauront me satisfaire. Je suis rendu au stade ultime du « ça passe ou ça casse », le stade aussi appelé : « j’m’en fous, tant que je passe! »

Il y a plusieurs stades durant la session, plus elle avance, moins le niveau est élevé. Le premier niveau que j’appele le : « go, go, go, t’es belle, t’es bonne, t’es capable. Vas-y championne on score un beau A ». Ce niveau-là je l’aime! Je réussis toujours tout vite et bien.

Le deuxième est déjà un peu moins le fun, je l’appele le : « on lâche pas, c’est presque fini, mais y’en reste encore trop long. » On voit que l’énergie du début est pas mal moins présente, on sent que je dois travailler plus fort dans les coins.

Le troisième stade, l’avant-dernier, mais non le moindre (?), je l’appele le : « wouhou!! La session achève, me reste juste 14 travaux à faire pour demain, j’suis belle, j’suis bonne, j’suis… pas capable… » C’est le dernier saut avant la grande semaine finale, l’étape presque aussi difficile que la suivante, c’est comme le petit coup de pratique avant la fin.

Le dernier, mentionné plus haut, est la courbe avant la ligne d’arrivée, celle qu’on connaît par coeur, mais qu’on prend pareil à vive allure en espèrant ne pas se ramasser dans le champ. C’est aussi le stade où tout peut arriver et honnêtement on s’en sacre un peu, parce que de toute façon y’é trop tard pour changer quoi que ce soit, on est juste plus capable!

Je sens que cette session d’été ne sera pas des plus faciles ni des plus reposantes, mais au moins pour l’instant je suis libérée de celle d’hiver et je me trouve dont belle, bonne et capable.

Publicités