Au moment même où je tape ces lignes, il est 20h, j’entends un inlassable maman, maman, maman, au loin, du haut du 2e étage. Je sais qu’il faudra encore une fois me claquer l’ascension du sous-sol jusqu’aux chambres, le genou gauche m’élance et plus je gravis de marches plus la chaleur se fait sentir.

Je suis à veille d’ouvrir la fenêtre pour y lancer mon ordinosaure tellement il est lent, pas rapide, slow motion!

Dans quelques mois, ça fera 5 ans que je suis à la maison, que j’ai de bons moments et des moins bons aussi. Depuis tout ce temps que j’endure certains inconvénients pour l’équipe, parce que nous en sommes une, équipe, moi et chummy, mais que là ça commence à me peser drôlement.

Ça fait presque 5 ans que j’ai perdu mon cerveau, parti, fini, capoute le cerveau! Les minis eggs que j’ai ingéré en quantité industrielle doivent l’avoir bouffé pendant que je les digérais parce qu’il ne me reste plus que du jello dans la boîte crânienne! Et ça ne s’améliore pas en vieillissant!

J’ai l’impression que je vais entrer sur le marché du travail avec un papier du médecin les prévenant que d’ici 3-4 mois je serai en congé de maladie. Ils n’auront qu’à faire gaffe s’ils veulent me garder un peu plus longtemps et ne pas trop m’en demander parce que de toute façon j’aurai bientôt du jello qui me coule par les oreilles. Belle image!

On a beau dire, c’est vraiment le fun de rester à la maison. On voit nos gamins grandir, évoluer, apprendre et nous enseigner. J’ai vu ma fille marcher, s’asseoir, jouer. Je l’ai entendu parler, chanter, compter et questionner. J’ai vu mon fils sourire, courir, crever sa petite bulle pour s’ouvrir au monde extérieur. J’ai aussi eu beaucoup de câlins de mon bébé, beaucoup de bisous, de « je t’aime maman », de « tu es la plus meilleure maman du monde ». J’ai eu la chance d’avoir tout ça et bien plus.

Mais certains jours, comme aujourd’hui, je rêve de garderie, de semaines tranquilles et silencieuses, j’ai envie de paresse, de rhum & coke et de journées passées à se demander que faire. Au lieu de ça, j’ai du ramasser la boîte de corn stach étendu à grandeur de la cuisine, j’ai remplie au moins trois fois le garde-manger parce que quelqu’un l’avait vidé de son contenu. J’ai lavé le plancher dans le salon et la cuisine pour le voir se faire gommer 2-3 minutes plus tard par du liquide à bulle interdit dans la maison. J’ai lavé, en fait pas moi mais ma laveuse, 2 brassées de linge que j’ai ensuite étendu et plier dans le panier. Je suis également demeurée un bon 2 secondes et quart devant la porte du frigo à me demander ce que j’allais bien pouvoir faire pour dîner.

Comme si ce n’était pas assez j’ai du m’obstiner avec Fiston pour la sieste, puis pour le dodo ce soir, et pour la douche et le pyjama, et, et, et… Bref, aujourd’hui là, il me ferait plaisir de changer de prénom, de changer de vie tient aussi et pourquoi pas simplement rester couchée, il me semble qu’il ne peut rien arriver lorsqu’on dort.

Publicités