Je ne sais pas pourquoi aujourd’hui plus qu’un autre jour, mais j’avais l’impression que le coeur était pour m’exploser. Je regardais ma grande fille d’amour, ses petits bras dodus qu’on a si envie de croquer, ses beaux grands yeux verts, sa chevelure qui ne supporte aucune brosse et je l’ai aimé, tout simplement. On dirait que j’ai réalisé à quel point je l’aime ma fille!

En fait, j’ai peine à concevoir jusqu’où cet amour pourrait nous porter, il me semble que rien n’est assez grand pour le contenir.

J’ai trié des photos que j’avais mises de côté pour scrapbooker et évidemment y’en avait plusieurs de ma grande Cornue. L’espace d’un instant, plein de souvenirs sont remonté à la surface. J’ai pris conscience d’une étrange impression de vide, un gros trou de « pu-rien », ma tête ne se souvenait pas d’elle-même certains moments passés avec elle… Du coup, j’ai été bonne pour une soirée de braillage intense, soudainement les mouchoirs étaient devenu mes meilleurs amis!

Je la regardais tout à l’heure et j’ai du camoufler mes larmes, comme seule une maman sait si bien le faire. C’était comme juste trop de battements de coeur pour cette petite personne que j’aime tant. Je me suis demandé si elle était heureuse, si sa vie lui plaisait, si elle deviendrait quelqu’un de bien plus tard, si… Je m’en suis voulu aussi, pour toutes les fois où je l’ai grondé, punie, contrainte à … Puis je me suis rappelé que j’avais surement du passer par là moi aussi. J’ai osé espérer être mieux que ma mère, parce que c’est ce à quoi on aspire en étant parents, non? Être meilleur ou du moins aussi bon que nos parents.

Les larmes roulent sur mes joues en pensant que déjà 5 années ce sont écoulées, j’ai l’impression que je ne pourrai jamais rattrapé toutes ces minutes où elle ne vivait pas sous mes yeux et puis j’ai compris que ces minutes ne pourront que continuer à s’accumuler puisqu’elle devrait, elle aussi, vivre sa vie, voler hors du nid. Devenir à son tour une maman qui sait?!

Publicités