J’étais dans l’auto tout à l’heure, m’en allant me trouver un besoin quelconque à l’épicerie juste parce que je n’en pouvais plus de mes 4 murs, et je me disais que l’humain était vraiment bête parfois. Oui, on est un peu tarla sur les bords et je m’inclus dans le lot malgré mon utilisation du « on »!

Je me remémorais un post que j’avais lu sur les couches lavables en constatant que mon virage écolo ne datait pas de si longtemps et que déjà j’en étais à défendre la cause avec ardeur. Je ne crois pas avoir été de celle à sortir toutes sortes de préjugés sur le sujet, mais je sais que j’en ai certainement envoyé quelques-uns dans d’autre domaine où j’étais moins connaisseuse.  Et je me suis demandé pourquoi on était si tata parfois??

Au lieu de dire clairement que ça ne nous intéresse pas, on invente une panoplie d’ânerie sur un sujet qu’on ne connait visiblement pas. Ne m’inventez pas que les couches lavables c’est dégueu alors que ce ne l’est pas plus que les jetables, faut toujours bien les laver les fesses de nos bébés et ce malgré qu’on jette la couche aux poubelles ensuite! Ne venez pas me faire croire que c’est plus long mettre une couche lavable qu’une couche jetable alors que le temps est exactement le même : on insère les doublures avant d’empiler nos couches dans l’armoire peut-être! N’insinuez pas que finalement l’économie et l’écologie ne sont pas si hot que ça puisque certaines couches coûtent plus de 25$ et que de toute façon faut utiliser de l’eau tiède et un double rinçage pour laver nos couches, donc on utilise et de l’énergie et de l’eau supplémentaire! Eille, pensez que plus loin qu’à votre économie personnelle et individualiste, pensez à l’écologie à une échelle plus grande que le pied carré de votre asphalte de cour.

Oui, certaines couches sont plus coûteuses que d’autres, mais il y a tellement de modèle sur le marché qu’il est très facile de trouver quelque chose dans nos prix. De plus, les poubelles domestiques sont réduites de plus du 3/4 avec l’achat de couches lavables, avec un seul bébé aux couches ce n’est plus un sac par jour que je jette, mais un sac aux 3 jours, minimum! Non seulement je réduis la pollution et la quantité de déchets transportés au site d’enfouissement, mais j’économise sur les sacs poubelles, je contribue à réduire l’essence utilisée par le camion qui ramasse ma poubelle et je n’encourage plus les grosses industries fabricantes de couches jetables qui polluent énormément.

Je ne suis certainement pas mieux dans bien des domaines, mais quand j’adhère à quelque chose, rien ne peut m’en faire démordre. Je trouve tous les arguments nécessaires à défaire les mythes et préjugés qui me sont lancés dans l’espoir de me faire changer d’avis.

Pourquoi ne pas simplement se contenter de me dire que ça ne vous intéresse pas, que votre temps est compté et donc que oui 2 brassées supplémentaires par semaine c’est trop. Je suis maman, je comprends très bien que parfois c’est plus long avant de franchir une étape parce que justement le temps nous manque pour bien s’informer. C’est pas compliqué, c’est clair et ça évite de vous faire bombarder d’arguments qui de toute façon ne vous atteindront pas ou qui serviront seulement à vous faire sentir cheap, ce qui n’est pas le but premier.

Signé Mme Cornue, celle qui s’insurge plus qu’il ne faut sur certains sujets ;)

Publicités