Étiquettes

,

Il n’y a pas une seule journée où je me lève sans penser à toi. Je me réveille parfois avec l’impression que tu gazouilles dans ton lit. Je ne te sens plus autour de moi et ça me dérange, ça me ramène au fait que tu n’es bel et bien plus là. Et je pleure, chaque fois.

Il n’y a pas un soir où je me couche sans penser à toi. Je me rappelle nos dernières nuits ensembles, je te revois dans le creux de mon bras manifestant ton malaise et moi te tapotant les fesses. Et je pleure, chaque fois.

Chaque jour, je regarde au moins une fois les quelques 200 photos qui me remémorent ta courte existence. Chaque fois je me dis qu’il y en a si peu, et je pleure.

Chaque aurore signifie maintenant qu’une journée s’est ajoutée à nos vies sans toi, on survit et c’est le plus difficile. La roue continue de tourner et bien malgré nous, on tourne avec elle. Les projets ont repris leur queue-leu-leu d’avant et quand j’y pense je pleure, chaque fois.

Chaque jour, on se balade entre la tristesse et la joie, entre la colère et l’euphorie, mais chaque fois, quand je pense à toi je pleure… tu me manques tellement…

Advertisements