Étiquettes

, ,

Pour moi, les choses ne vont jamais assez vite. En fait, dès qu’une décision est prise, qu’une entente est conclue, qu’un papier est signé, je ne tiens plus en place! Je veux y être tout de suite, impatience est le mot d’ordre, je déteste attendre, piétiner m’horripile, parce que les jours, semaines ou mois d’attente sont synonyme pour moi de stagnation.

Alors imaginez comment je me sens en ce moment alors que ça fait des semaines que j’attends une réponse, que je prépare mentalement mon voyage, que je piaffe d’impatience à l’idée d’être là-bas! Je ne me peux tout simplement plus! C’est long!!! Bien évidemment que je me suis trouvée des trucs avec les années pour passer le temps, pour dompter mon impatience, pour m’assagir un brin, mais ça ne fonctionne pas toujours, voir rarement comme j’aimerais.

Il y a déjà deux semaines que mes valises seraient prêtes si je m’étais écoutée, mais ne sachant pas qu’elles seront les consignes vestimentaires je ne pouvais pas les faire. Imaginez un peu mon découragement lorsque j’ai su que je ne recevrais les dites règles seulement en milieu de semaine, à l’aube de mon départ, l’horreur!!!

Je ne disposerai que d’une journée pour magasiner ce qui nous manque, pire peut-être que je devrai transformer mon 3 heures de détente dans les boutiques du centre Eaton à Toronto en escapade d’urgence pour trouver ce qu’on nous demande?! Ça me stresse un brin, moi qui suis ultra organisée, trop même, de ne pas savoir à quoi m’attendre d’ici vendredi.

Par chance, j’ai reçu mes heures de départ et d’arrivée, l’adresse de mon hôtel, mais j’ignore où seront mes billets, dois-je imprimer mon itinéraire? (merde plus d’encre dans l’imprimante!) Il me manque encore beaucoup de détails pour me détendre enfin et en profiter. Gageons que je ne pourrai respirer à nouveau qu’à mon retour, hahahaahah!

Reste que j’ai très hâte malgré que je doive me parler très fort dans ma tête pour me calmer le pompom de l’organisatrice en herbe.

Publicités