L’intolérance au gluten fait maintenant partie de ma vie lorsque vient le temps de recevoir pour la fête des enfants, Noël ou pour un simple souper entre amis. Ma bonne copine, presque soeur, a appris y’a quelques années qu’elle était intolérante au gluten. Elle a du faire plusieurs changements dans sa vie au niveau alimentaire, social et économique.

Ce n’est pas comme le lactose pour lequel il existe un petit comprimé miracle lorsque l’envie d’une crème glacée nous prend. Non seulement elle doit surveiller tout ce qu’elle mange, mais également tout ce que les autres autour d’elle consomment. Elle possède ses propres condiments, margarines, confitures, car le moindre contact avec un aliment contenant du gluten la rend malade. Si elle désire manger des rôties, elle doit les faire griller dans son propre grille-pain pour éviter toute contamination possible. Quand une simple trace de pain laissé dans un pot de beurre vous rend malade, imaginez lorsque vous mangez le pain lui-même?!

Les symptômes associés à l’intolérance au gluten varient beaucoup d’une personne à l’autre. Chez ma copine, l’ingestion d’aliments avec gluten étaient toujours suivi de crampes au ventre horribles qui prenaient des heures à passer. Elle traînait une fatigue extrême du à ses intestins irrités qui n’absorbaient plus les vitamines et nutriments nécessaires à sa survie. Plus l’intestin est irrité et enflé, plus les risques de cancer à court, moyen et long terme sont importants.

Malgré tout, mon amie est chanceuse dans sa malchance. Elle peut se fier à son ventre pour lui dire si elle a ingéré du gluten. Chez certains patients, l’absence des symptômes du genre est problématique puisqu’ils ne savent que trop tard que leur intestin est irrité. Ils peuvent donc consommer pendant des jours des aliments avec gluten sans le savoir.

C’est d’ailleurs pour cette amie que j’ai accepté de tester les céréales Chex plus tôt cette année. Étant plus sensible à cette particularité, j’avais à coeur d’élargir mes connaissances pour mieux la recevoir chez moi. Comme c’est la marraine de ma plus jeune Cornue et que son anniversaire approchait à grand pas, je me devais de trouver une recette pour lui cuisiner un gâteau sans gluten. Je sautais presque de joie lorsque j’ai aperçu la boîte de préparation sur les tablettes du supermarché!

J’étais très impatiente d’y goûter sachant que ce n’est vraiment pas tous les produits sans gluten qui sont bons. Les pains, biscuits et gâteaux sont généralement infectes à l’exception de quelques produits, je m’attendais donc au pire.

Je ne peux vous exprimer toute ma joie lorsque j’ai constaté que le mélange Betty Crocker n’était pas un de ceux-là! Il était tout simplement excellent! J’avais choisi le mélange au chocolat et on ne voit pratiquement pas la différence. Bon, c’est un peu plus dense comme produit fini, mais ça ne s’égraine pas partout, le gâteau se tient très bien, est moelleux et très goûteux. Je suis vraiment contente de l’avoir essayé!

Je tiens également à préciser que je ne fais pas partie du panel General Mills, je n’ai donc pas reçu de compensation pour ce billet. J’ai eu envie de partager cette découverte parce que je sais que ça peut être utile à plusieurs personnes. L’intolérance au gluten est de plus en plus répandu ou est mieux identifié qu’avant?  N’en demeure pas moins que pratiquement tout le monde connait une personne atteinte de cette maladie (?).

J’espère que mon banc d’essai servira à l’un de mes lecteurs :)