4 ans

 

C’est l’âge que tu aurais si ta ligne de vie avait poursuivi son chemin. 4 ans que tu partages nos vies malgré ton absence physique, car pas une seule journée ne passe sans que je pense à toi. Je me demande encore et toujours qui serais-tu devenu? Quelles seraient tes passions? Tes cheveux auraient-ils la même douceur?

 

C’est ton anniversaire aujourd’hui, nous le soulignerons comme chaque année, malgré le raz-de-marée qui a renversé notre bateau, tu resteras à jamais mon bébé, notre bébé, notre ange qui nous unit à la vie, à la mort.

Je t’aime mon Benjamin d’amour xxx

 

 

Publicités

L’histoire de ma vie

Avoir envie de tout et de rien à la fois. Une tête débordante d’idées, mais pas une seule minutes pour la vider un peu. Besoin de s’exiler tout en conservant les deux pieds bien  enracinés dans notre douce terre natale. Être productive en soirée, mais devoir se coucher tôt parce que le corps lui préfère les lueurs du jour. Douce routine réconfortante, mais détester faire chaque jour la même chose. Adorer le bilinguisme, mais détester travailler dans une autre langue que la mienne.

Les paradoxes… l’histoire de ma vie!

L’annonce

Je me souviens qu’une des premières choses qui m’angoissait après le décès de mon Lalou venait surtout du regard que les autres posaient sur nous. Je croyais à tort que je ressentais une certaine gêne lorsque je leur annonçais la nouvelle, mais rapidement je me rendis compte que ces personnes vivaient un malaise beaucoup plus intense que le nôtre.

Plus je m’éloignais de notre noyau central et plus la lueur de pitié et de compassion brillait ardemment dans les pupilles attristées. J’appréhendais cette lueur, j’évitais ce moment le plus que je pouvais parce que je n’avais pas envie de cette pitié. Je n’avais pas envie de partager mon deuil avec n’importe qui. J’étais terrorisée à l’idée de devoir leur dire, de devoir répondre aux questions qui suivraient assurément, de devoir les réconforter sur le fait que nous survivions malgré tout. Puis cette angoisse disparue comme elle était venue, surtout parce que je ne croisais plus grand monde de nouveau ayant un cercle de connaissances assez restreint la nouvelle voyagea assez rapidement.

Lorsque je suis retournée au travail, je redoutais un brin les discussions entre collègues parce que je ne me voyais pas leur cacher ce moment de ma vie. Je ne concevais pas comment j’aborderais le sujet, mais j’étais profondément convaincue que le doux souvenir de mon bébé d’amour m’aiderait à leur annoncer la nouvelle sans heurts.

J’ai alors fait un pas à la fois, une personne à la fois, puis deux, puis trois, annonçant avec désinvolture le fait que j’étais une mamange, que j’avais un fils décédé et qu’il avait partagé nos vies pendant 8 mois et demi, qu’il n’était cependant plus mais que nous avions réussi à se sortir du pire sans pour autant oublier.

Oh, je n’entre pas toujours dans les détails, parce que les questions ne franchissent pas les lèvres, mais leur yeux parlent. Ils sont mal à l’aise. Parfois j’ai droit à un câlin et ça me fait chaud au cœur, et puis la journée continue. Ce n’est pas toujours aussi facile, je sens parfois que la personne aurait préféré ne pas savoir, parce que la mort est un sujet tabou, parce que ça fait peur de savoir que ça existe si près de nous surtout lorsqu’il s’agit d’un bébé.

Je me rend compte que c’est moins difficile que je ne me l’imaginais. Est-ce parce que je ne peux juste pas me résoudre à le mettre de côté? C’est mon bébé, mon p’tit biscuit, mon Lalou étoilé! Vient un temps, j’ai l’impression du moins, où les émotions sont moins à fleur de peau ce qui fait que nous arrivons à aborder le sujet sans trop perdre le contrôle? J’imagine c’est différent pour chaque parent, chaque personne. Ça doit dépendre du comment nous vivons notre deuil… enfin je crois?

Livret coupons = bonheur dans nos poches!

Qui n’aime pas épargner quelques dollars je vous le demande? Je ne suis pas aussi assidue sur les coupons, malgré ma connaissance de ce que ça peut me faire économiser, par contre j’aime bien répandre la bonne nouvelle lorsque j’ai vent de certaines promotions.

Avec des enfants vous le savez nous n’arrêtons jamais de vouloir les stimuler. Nous regardons sans fin les allées de jouets des différents magasins à la recherche du jouet idéal ou de l’aubaine du siècle. Je suis donc particulièrement heureuse de partager ce site remplit de coupons pouvant vous faire économiser jusqu’à 90$ !!!

En visitant : https://websaver.ca/fr_ca/portal/mattel/  il vous sera possible d’y trouver un tas de coupon sur plusieurs articles Fisher-Price allant des accessoires pour bébé au jouet pré-scolaire :

  • Balançoire Snugabunny – $20 de rabais sur toute balançoire Fisher-Price à 130$ et plus
  • Aquarium Ocean Wonders – $10 de rabais
  • Little People – $5 de rabais sur tout ensemble Little People de 25$ ou plus
  • Imaginext – $5 de rabais sur tout ensemble Imaginext de 25$ ou plus
  • Thomas – $5 de rabais sur tout article de Thomas de 25$ ou plus

 

Vous pouvez également trouver ce petit livret de coupons dans tous les Toys’r’us et Zellers ainsi que dans le magazin Today’s Parent édition d’Avril 2012. C’est pas « b-i-u-t-i-f-u-l » ça?

 

 

 

 

«Décharge : Je fais partie du panel de jeux Fisher-Price et je bénéficie d’avantages en raison de mon affiliation au groupe. Les opinions exprimées dans ce blogue n’engagent que moi. »

Nouveaux amis

Je tiens tout d’abord à m’excuser auprès de mes lecteurs pour mon absence des derniers temps. Je crois malheureusement que vous devrez vous y habituer, car avec le retour au boulot et les horaires atypiques, je suis soit trop fatiguée, soit trop occupée.

Ceci dit j’avais très hâte de vous présenter les nouveaux membres de notre famille. J’ai encore pondu cet hiver, résultat 6 petits cocos tous plus mignons les uns que les autres. Ils sont très colorés et mettent beaucoup de vie dans la maison. Tout le monde les adore et je me suis découverte une belle passion! Étant allergique à tous ce qui a du poils il ne nous restait pas grand choix dans les animaux de compagnie. Ça faisait un bout que j’y pensais sans jamais vraiment me lancer et durant le temps des fêtes nous avons gardés les deux amis à plumes d’une amie et nous avons eu le coup de foudre.

Hors, je ne croyais pas m’attacher à ce point à ces petites bêtes à plumes! En 2 mois j’ai triplé mon élevage, hihihihi!! J’adore leur compagnie, j’adore leur jacassage de perruche et contrairement à ce que je croyais ce n’est pas si bruyant que ça. Ils ont une routine comme tout le monde et tant que la couverture est sur la cage, ils n’émettent rien de plus que de petits roucoulements. C’est franchement chouette des perruches finalement!

Je vous présente donc :

Théo, Léa et Winter

 

 

 

 

 

 

 

 

Pookie, Juliette et Cashew

Entraînement à la propreté Fisher-Price

Cette année encore j’ai la chance de faire partie de l’équipe Fisher-Price. Mon implication est en fait très simple : je reçois des jouets pour Bébé Cornu, je lui donne et il fait tout le reste. Bon d’accord je l’avoue je m’amuse parfois avec ses surprises, mais c’est pour une bonne cause… le… bon… développement des enfants? *tousse-tousse*

Donc, pour l’anniversaire de mon dodu qu’elle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’une énorme boîte m’attendait au retour du boulot. Je suis toujours emballée par la générosité de l’envoi, les jouets sont de qualité et plaisent pratiquement à tous les coups!

J’ai eu le bonheur de tester le zoo little people et franchement je le trouve vraiment mieux que celui que j’avais lorsqu’Ainée Cornue n’avait 2 ans. Les animaux sont bien conçus, se prennent bien par de petites mains et l’ensemble complet est très facile à transporter même pour des muscles non-entraînés. Malgré un montage rapide, la nécessité d’utiliser des piles m’a un peu refroidi, mais c’est le seul point négatif que j’ai trouvé au jouet.

Thomas adore faire glisser l’ours polaire et il s’amuse à imiter le cri des animaux, c’est adorable! Il travaille fort également pour les remettre en place. En effet. chaque animal peut s’emboîter sur un trépied afin de les maintenir en place lors du transport, comme tout les little people que j’ai connu à venir jusqu’à date, et donc ça lui permet d’exercer sa motricité fine.

Dans notre boîte surprise nous avons également reçu un joli Thomas le petit train télécommandé. Un gros, gros hit pour tous les enfants! Les piles n’ont malheureusement pas durées très longtemps – incapable des jouets à sons, musiques, machin-truc qui fait du bruit – donc je ne me suis pas empressée de changer celles qui étaient nos dernières dans la réserve. *tousse-tousse*. Je dirais cependant que Bébé Cornu quant à lui a de loin préféré se balader avec la télécommande en guise de téléphone plutôt que de tenter de comprendre comment fonctionnait le « avance-recule » du train, hihihihih!
La plus belle preuve fut de le voir amener la télécommande et le lion du zoo au petit pot pour faire caca. Non pas que mon Thomas soit déjà propre  –  j’en rêve –  mais plutôt parce qu’on lui a si souvent rappelé que le petit pot c’était pour les pipis et les cacas qu’il doit s’être dit qu’il pouvait bien entraîner les autres à la propreté! Le plus drôle? Il les applaudit une fois qu’ils ont « terminé ». Je garde espoir que bientôt il pourra s’applaudir lorsqu’il fera pipi dans le bec du canard, mais pour l’instant je me contente de le trouver mignon à souhait avec son téléphone-télécommande.

 

 

«Décharge : Je fais partie du panel de jeux Fisher-Price et je bénéficie d’avantages en raison de mon affiliation au groupe. Les opinions exprimées dans ce blogue n’engagent que moi. »

Février

 

Février, j’ai envie de rien, je suis fatiguée et les corvées me pèsent plus que les autres mois. En février, je me promène la peine au coeur, un poids sur les épaules, un boulet au pied avec dans les yeux de ces éclats que l’on dit terne, voilé, vide.

C’est un mois qui a toujours été plus difficile, je dois faire partie de celle qui aurait bien besoin d’aller dans le sud pour transformer un peu de soleil en vitamine D. Depuis 3 ans c’est encore pire! Je sais que je passe toujours au travers, mais cette année la pilule me râpe la gorge. Je pense à mon fiston ailé, mais aussi à la grande cocotte de ma copine qui a choisi d’enfilé ses ailes en décembre.

Je dors mal, je mange moins, j’ai la tête dans les nuages. Peut-être ai-je l’espoir de les voir gambader ensemble?

Il ne me manque plus autant qu’avant, mais en février le gouffre semble vouloir m’engloutir à nouveau. Je sens mes pieds glisser dangereusement sur le bord de la falaise, j’ai peur même si je sais que le sol va cesser de s’égrainer. Je sais que la tempête se calmera et que la plaie se refermera. Et puis le doute m’envahit :  » et si j’avais pu faire quelque chose? Et si j’avais réagit différemment? Et si… ?? Et si… ?? Et si …?  »

Pouvoir revenir en arrière le ferais-je sachant que ma vie depuis 3 ans disparaîtrait à jamais? Pourrais-je me convaincre de sacrifier tout ça pour revoir mon beau Benjamin? Si j’avais la certitude que je n’aurais pas à choisir entre mes deux fils, je le ferais, mais jamais je n’accepterais de remplacer Thomas par Benjamin ou l’inverse. Ma vie contient 5 gamins dont un qui nous attend sur les nuages.

Mais bon dieu que j’aimerais savoir qui il est, ce qui l’intéresse, qu’est-ce qui le fait vibrer du haut de ses 3 ans et demi. Je ne peux que me permettre de rêver le temps que mon coeur se calme et que le soleil revienne.

Vient-en printemps, nous sommes plusieurs à t’attendre pour recommencer à sourire!!